Fulgures – la competition continue…

Vous aimez lire ?
Cela tombe très bien car nos membres adorent écrire et raconter des histoires. Parcourez les fulgures que vous propose ce site, notez, commentez et poussez ainsi les auteurs à donner le meilleur d’eux-mêmes… Les textes sont courts et classés par catégories (il y en a pour tous les goûts). Une fois que vous y aurez goûté, vous ne pourrez plus vous en passer.

 

Vous aimez écrire ?
Lisez le règlement, inscrivez-vous et embarquez vous pour l’aventure “fulgure”. Vos histoires seront lues et jugées par les dizaines de lecteurs qui nous rendent quotidiennement visite. Pour publier vos fulgures allez dans la zone privée…

FULGURES à travers le monde…
Voici la liste (non exhaustive) des pays représentés par les auteurs dans notre site :
Algérie, Allemagne, Angleterre, Belgique, Brésil, Californie, Chili, Côte d’ivoire, Espagne, France, Île de la Réunion, Île Maurice, Japon, Lettonie, Liban, Martinique, Quebec, Suisse…
CDLIVRE.COM, le numérique au service de la littérature…
CDLIVRE Vous publiez sur Fulgures et vous trouvez que 1500 caractères c’est trop peu pour vous exprimer ?
Inscrivez-vous chez notre partenaire afin d’y publier vos nouvelles ou romans, et n’oubliez pas de déclarer lors de votre inscription sur Fulgures (ou de modifier vos infos personnelles) si vous publiez sur CDlivre, un lien sera fait entre votre biographie, vos fulgures et vos oeuvres chez CDlivre.

 

Une visite, un fulgure !

La mer endormie
Inversons le sempiternel refrain et avançons que : ” Quand on a vingt ans, on aime toujours ” et même avec le désir d’un ” pour toujours “.
Les paroles s’envolant, une poésie dédiée ne pouvait que graver le défi dans nos deux mémoires.

 

 

LA MER ENDORMIE

Tu vois la mer est endormie
Ses cheveux d’or sont déjà gris
Ses chevaux d’argent assoupis
Tu vois la mer a bien vieilli.

Tu vois le ciel est dénudé
Ses nuages gris l’ont quitté
Même le soleil s’en est allé
Tu vois le ciel est déparé.

Tu sais demain est encore loin
Qui voit fleurir chaque matin
La rosée qui n’y est pour rien
Tu sais demain est incertain.

Tu sais les saisons sont perdues
Elles tournent en rond mais n’y croient plus
Les oiseaux sont un peu déçus
Tu sais l’automne est à la rue.

Mais si le vent souffle en avril
Protège ton cœur si fragile
Quand le printemps se fait docile
L’hiver ne tient plus qu’à un fil.

Tu sais le temps est fatigué
De s’étendre et de s’étirer
Le vertige gagne nos clochers
Tu sais le temps se fait âgé.

Tu vois les jours ne sont plus longs
Le vent a soufflé sur mon front
Il a ridé notre horizon
Tu vois les jours ont fait faux-bond.

Tu sais la terre craque en dedans
Son cœur ne bat plus comme avant
Il a faibli au fil des ans
Tu sais la terre souffre du temps.

Mais vois mon cœur n’a pas changé
Notre amour n’est pas fatigué
Il pousse encore comme les blés
Tu sais mon cœur n’est pas lassé.

Même si le vent souffle en avril
Je réchaufferai ton cœur fragile
Je t’inventerai un été
Qui se laissera caresser.

Tu vois la mer est endormie
Ses cheveux d’or sont déjà gris
Ses chevaux d’argent assoupis
Tu vois la mer est endormie.